appel gratuit

0800 66 66 88

Menu

Accueil Tous nos conseils Carence en vitamine D chez les personnes âgées

Carence en vitamine D chez les personnes âgées

Publié le

Modifié le

Durée de lecture : 3 minutes

Dès la naissance, la vitamine D joue un rôle clé pour préserver l’équilibre immunitaire et la densité osseuse. Nécessaire tout au long de la vie, elle devient particulièrement cruciale quand on vieillit, pour préserver son autonomie le plus longtemps possible. Or, des carences importantes en vitamine D apparaissent chez les personnes âgées, avec pour conséquence de réels risques sur leur santé. Dans nos établissements, nous nous attachons à faire profiter les seniors des bienfaits de la vitamine D

L’influence clé de la vitamine D sur notre manière de bien vieillir 

LES BIENFAITS DE LA VITAMINE D POUR LES OS ET LES MUSCLES

Le saviez-vous ? La vitamine D est en réalité une hormone. Appelée 25-OH-D3 ou calciférol, elle possède de précieuses vertus, dont trois particulièrement importantes. La plus connue est sans aucun doute sa capacité à préserver les os et les dents : en contribuant à fixer le calcium dans l’organisme, elle assure en effet une minéralisation osseuse efficace.  Autre bienfait de la vitamine D : le maintien d’une densité musculaire optimale, un atout clé après 70 ans, quand le volume musculaire diminue.

Enfin, la vitamine D favorise l’activation et la régulation des défenses immunitaires, en agissant à cinq niveaux .

  • Elle permet de maintenir l’intégrité de la muqueuse intestinale, essentielle pour empêcher le passage d’agents pathogènes dans le système de circulation sanguine.
  • Elle agit sur le système immunitaire inné : en stimulant les macrophages, de grandes cellules qui sont aux avant-postes du système immunitaire, la vitamine D permet à l’organisme de réagir rapidement en cas d’agression.
  • Elle stimule la production de lymphocytes T chargées d’éliminer les bactéries et les virus par une réaction anti-inflammatoire.
  • Elle renforce les mécanismes d’élimination des pathogènes, comme la synthèse d’agents antimicrobiens par les cellules immunitaires.
  • Elle réduit le risque de contracter au moins une fois une infection des voies respiratoires.

Les risques pour les personnes ayant une carence en vitamine D – et tout particulièrement les personnes âgées – sont le reflet inversé de ces bienfaits. Ces personnes sont en effet souvent sujettes à l’ostéoporose, aux maladies osseuses métaboliques, aux infections virales, aux maladies auto-immunes graves, à des sensations de douleur ou de faiblesse musculaire accrues, mais aussi, selon des études récentes, à certains troubles cognitifs.  

À retenir

  • La vitamine D est en réalité une hormone
  • Le soleil, principale source de vitamine D : 80% de son activation dépend des rayons UVB 
  • Supplément en vitamine D : un dosage qui doit être prescrit par le médecin

Vous souhaitez nous rencontrer ?

Nous sommes là pour faciliter votre recherche et trouver la solution adaptée.


CARENCE EN VITAMINE D ET VIEILLISSEMENT 

Les personnes âgées sont moins exposées au soleil alors qu’il joue un rôle essentiel dans la synthèse de la vitamine D.

Si les carences en vitamine D concernent toutes les classes d’âges, elles sont particulièrement fréquentes et importantes chez les personnes âgées, à tel point que certains chercheurs parlent même d’une véritable « épidémie ». Plusieurs études médicales indiquent ainsi qu’en Europe, la concentration moyenne de vitamine D3 chez les personnes âgées est inférieure à 12ng/ml de sang, soit bien en-dessous des 30ng/ml recommandés. Principale explication à ce phénomène : le mode de vie sédentaire des personnes du 3e âge, en raison d’une mobilité fréquemment réduite. Moins souvent à l’extérieur, elles sont aussi moins exposées au soleil alors qu’il joue un rôle essentiel pour fixer la vitamine D. Et même si elles sont exposées aux rayons UVB, ce processus de synthèse est moins efficace en raison du vieillissement de la peau. L’alimentation est un autre facteur pouvant intervenir dans les carences en vitamine D. Pour différentes raisons, certaines personnes doivent en effet bannir ou limiter certains aliments sources de vitamine D. Par goût, elles éviteront parfois quelques aliments qui pourraient leur faire profiter de ses bienfaits.  Il est donc important d’avoir une alimentation équilibrée comprenant de la vitamine D en quantité suffisante. Poissons gras, foie de veau ou de lapin, crustacés, œufs, fromages gras mais aussi avocats ou champignons sont à mettre souvent au menu. À savoir : certains médicaments peuvent altérer le métabolisme de la vitamine D et induire eux aussi des carences.


Maintenir des bons niveaux de vitamine D des aînés

SURVEILLER LA CONCENTRATION DE VITAMINE D DES HABITANTS

Pour préserver au maximum le bien-être et la qualité de vie des habitants de nos maisons médicalisées, l’évolution du taux de vitamine D dans leur organisme fait l’objet d’une attention régulière des médecins par l’intermédiaire de prises de sang.  

Sur cette base, le professionnel de santé indique la ligne à suivre à l’équipe soignante et prescrit au besoin des suppléments en vitamine D. S’il n’existe à ce jour pas de consensus international sur le sujet, la plupart des professionnels et des établissements de santé recommandent que le taux de vitamine D dans le sang soit au minimum de 30 ng/ml.

Il s’agit toutefois d’une moyenne indicative et les besoins doivent être définis au cas par cas, de manière individualisée. On sait que les besoins d’apports de la vitamine D augmentent avec l’âge. Une personne souffrant d’ostéoporose ou d’une autre maladie osseuse se verra systématiquement prescrire des suppléments par un médecin traitant. Le respect des dosages est particulièrement important pour les personnes présentant en plus des risques accrus de chute. Plusieurs études concluent que la prise de vitamine D peut aussi être prescrite en prévention du déclin des facultés intellectuelles chez les personnes âgées. Il a été observé une nette amélioration des performances intellectuelles grâce cette prise complémentaire de vitamine D. Enfin, ces mêmes études ont conclu qu’une carence en vitamine D affecte les fonctionnements amnésiques et exécutifs qui peuvent évoluer vers la maladie d’Alzheimer. 

Attention : seul un médecin peut dire quand et comment prendre de la vitamine D. Un surdosage peut avoir des effets néfastes sur la santé, toute forme d’automédication est donc à proscrire.

Comme souvent, la prévention est le meilleur remède  

Les carences en vitamine D chez les personnes âgées ne sont pas une fatalité : pour recourir le moins possible aux cures sur prescription médicale, nous développons deux axes de prévention dans nos maisons.

  • Nous favorisons autant que possible l’exposition au soleil des habitants de nos maisons de retraite médicalisées ou de nos résidences services, en leur proposant des activités et animations en plein air à chaque fois que le temps le permet et en fonction de leurs capacités physiques : promenades, jardinage, activité physique adaptée, visites culturelles qui favorisent la marche, etc.
  • Nous attachons une attention particulière à la restauration. Par la qualité et la variété des plats proposés, nos habitants bénéficient des bienfaits de la vitamine D naturellement présente dans les aliments.

De même, des études scientifiques confirment l’impact positif de l’exercice physique pour prévenir ou ralentir la détérioration cognitive et l’évolution des démences. L’activité physique favorise le fonctionnement cognitif, en particulier dans la cognition globale, la mémoire, l’attention et les fonctions exécutives.